La mode jetable : les limites du pas cher

Le phénomène du jetable est très répandu ces derniers temps. L’industrie textile et de l’habillement sont les plus concernés dans ce secteur. Alors que ce sont des activités qui tiennent la tête après l’industrie du pétrole dans l’économie mondiale. Cependant, ce sont aussi des domaines les plus polluants au monde grâce à l’utilisation de certaines matières premières.

Les avantages des articles jetables

L’industrie textile et de l’habillement sont des grands consommateurs de matières premières, d’eau et d’énergie. Dans ce cadre-là, la mode jetable résulte des chaines de mode femmes, hommes et enfants. Elle tient un rôle important et n’est pas moins bien que les autres. Elle ne s’annonce pas essentiel pour certains articles étant donné la longévité des produits, notamment le cas des produits basiques de Zara ou H&M. De ce fait, il n’est pas nécessaire de les jeter. En plus, d’autres articles sont de la meilleure qualité, comme ceux issus des grandes marques et du haut de gamme. C’en est de même pour certaines marques qui développent des partenariats avec des créateurs.

En adoptant des prix accessibles, tout le monde peut profiter d’un beau vêtement, de référence célèbre. Après tous, les revenus de plusieurs pays dans le monde ne sont pas encore à la hauteur de s’offrir des articles trop onéreux.

Les limites du pas cher en vertu de l’environnement

La mode jetable est aussi à la limite écologique et sociale. En fait, nous comprenons tous des effets pervers de la globalisation. La course aux bénéfices engendre la délocalisation des zones de productions, la diminution des coûts de production par des économies d’échelles et des techniques de fabrication peu consciencieuses.

Entre autres, la mode jetable sera la responsable de la grande pollution des sols, des cours d’eau et des nappes phréatiques. Comme les demandes vont augmenter, les besoins des produits chimiques en font de même. Dans le traitement des tissus, ces substances sont utilisées dans différents processus de teinture, de lavage, de blanchiment et d’impression. Elles sont parfois des plus sales de l’industrie textile, requérant de grands volumes d’eau et des métaux lourds. Ces produits sont constamment toxiques pour les amoureux de l’écologie.

C’est ce qui a engendré en Chine la pollution très conséquente de l’eau, la rivière est devenue même impropre à la consommation, à la lessive et ne renferme plus aucun poisson. C’en est de même pour l’air, il est chargé des fumées produites par l’incinération des ordures en extérieur et devenu toxique.

La situation est dangereuse pour la santé. Ce qui travaille en contact des produits chimiques risquent problèmes d’infertilité et graves difficultés respiratoires. Sans parler des réactions allergènes qui peuvent survenir, comme l’eczéma, induites par les des substances hautement irritantes.

Autres cas, si la mode jetable se situe dans les limites du pas cher, les conditions de travail seront devenues misérables. Les usines vont être réduites de taille et les personnels sous-payés. Les patrons optent pour l’embauche des enfants dans la réalisation des travaux à petite main. C’est ce qui est le cas en Chine d’ailleurs.

mode-jetable